Le risque de dopage lié à la consommation de compléments alimentaires – Pauline Bastide

Pauline Bastide, Diététicienne-Nutritionniste sur la ville de Montpellier. Pauline accompagne les sportifs afin d'adopter un protocole nutritionnel et hydrique adapté à chaque pratique (entraînements, compétitions, blessures.

ligne rouge.png

Bonjour Mme. Bastide,

TOUT D'ABORD, POUVEZ-VOUS NOUS RAPPELER CE QU'EST LE DOPAGE ?

Globalement, le dopage c’est le fait de prendre une substance qui permet d’augmenter ses capacités physiques ou intellectuelles. Il faut également savoir que le dopage sportif est interdit depuis le 23 mars 1999 – la loi Buffet.

ligne rouge.png

QUEL EST LE LIEN ENTRE LE DOPAGE ET LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES ?

Initialement, il n’y a pas de liens directs, puisque la fonction première des compléments alimentaires et d’aider un individu qui présente une déficience avérée ou réelle, à compléter ses besoins journaliers. Plus simplement, les compléments alimentaires sont censés être composés uniquement de molécules qui sont présentes dans notre alimentation (glucides, acides aminés, vitamines…). 
Fort heureusement, la plupart des fabricants de compléments alimentaires français respectent la législation. Mais dans certains cas et notamment pour les produits fabriqués en dehors de la France ou de l’Union européenne, tous les fabricants ne sont pas de bons élèves.
Le marché mondiale des compléments alimentaires est facilement accessible via les nombreux site de e-commerce. Cela augmente donc le risque pour les athlètes français, d’avoir accès à des produits potentiellement dopants sans qu’ils s’en rendent compte.

ligne rouge.png

QUELS SONT LES RISQUES D'UNE TROP GRANDE CONSOMMATION DE COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES ?

Il existe principalement trois risques pour les sportifs :

. Premièrement, il y a un risque de contrôle positif lors d’un test antidopage inopiné et donc de subir une sanction si le complément alimentaire contient une substance qui est interdite.

. Deuxièmement, il y a un risque pour la santé du sportif, lors d’une consommation de compléments alimentaires contenant une substance qui présente un risque pour la santé avec potentiellement une étiquette falsifiée par le fabricant de manière volontaire ou involontaire.

. Troisièmement, il y a un risque d’interaction médicamenteuse si le sportif est sous traitement ou encore d’effets indésirables lors d’une surconsommation.

ligne rouge.png

EST-CE LA BONNE SOLUTION POUR UNE MEILLEURE PERFORMANCE ? Y'A-T-IL UNE ALTERNATIVE ?

Pour de meilleures performances la solution est multifactorielle (nutrition, entraînement, mental, stage en altitude, matériel, etc.). La prise de compléments alimentaires, seule, représente une aide, mais pas une solution en soi.

Les compléments alimentaires sont considérés comme des aides ergogéniques, c’est-à-dire qu’ils peuvent aider à améliorer les performances dans le cas où la prise serait justifiée.

Par exemple, un sportif déficient dans certaines vitamines peut observer des bénéfices lors d’une complémentation. Mais il faut préciser qu’une surconsommation de vitamines, est inutile, car l’excès sera éliminé par l’organisme.

ligne rouge.png

A QUELLE FRÉQUENCE PEUT-ON PRENDRE DES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES ? DOIT-ON ADOPTER UNE RÉGIME PARTICULIER ?

On peut prendre autant de compléments alimentaires que l’on souhaite à partir du moment où la consommation ne présente pas de risque pour la santé du sportif et lorsqu’elle est autorisée, encadrée et justifiée.

L’objectif premier étant de compléter une alimentation déficiente notamment en macronutriments ou micronutriments. On peut les consommer avant, pendant et après l’effort, mis en place avec le staff médical. Le meilleur régime alimentaire pour un sportif est celui qui est adapté à sa pratique et à ses besoins physiologiques. Il n’y a donc pas de généralité.

ligne rouge.png

SELON VOUS, FAUT-IL TOUJOURS ÊTRE SUIVI LORS DE LA PRISE DE COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES, QU'ON SOIT PRO OU AMATEUR ?

C’est recommandé, mais ce n’est pas obligatoire.

Dans mon activité j’ai été confronté à des sportifs qui prennent des compléments alimentaires sans forcément être renseigné sur les effets réels ou qui prennent des produits alors qu’il n’en ont pas besoin.

Il ne faut pas se laisser « avoir » par l’aspect commercial et les allégations que l’on peut retrouver sur les packagings. Les effets vendus ne sont pas toujours prouvés scientifiquement et c’est souvent la règle plus que l’exception. Je pense notamment aux brûleurs de graisse...

ligne rouge.png

Y-A-T-IL DES DANGERS D'ACCOUTUMANCES OU DE DÉPENDANCES LORSQUE L'ON CONSOMME DES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES ?

Non, il n’y a pas réellement d’accoutumance, ce ne sont pas des médicaments et ils sont généralement très faiblement dosés.

La substance qui pourrait éventuellement présenter une accoutumance c’est la caféine qui est une substance psychoactive, mais tout dépend dans quel but le sportif en consomme.

ligne rouge.png

AURIEZ-VOUS DES CONSEILS À APPORTER AUX SPORTIFS SUR LA FAÇON DONT CHOISIR SES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES ?

Bien sûr, pour choisir ses compléments alimentaires, il faut avoir les bons réflexes.

Tout d’abord, il faut favoriser les compléments alimentaires fabriqués en France, car chaque norme de fabrication est dépendante de chaque pays. En termes de composition, dans certains pays comme aux États-Unis par exemple, il y a des produits qui peuvent être autorisés alors que la France, les considère comme dopant ou même trop dangereux pour la consommation. Lorsque le sportif va acheter des compléments alimentaires à l’étranger à l’occasion d’une compétition ou d’un stage il peut y avoir un risque.

Il faut aussi regarder les normes et les labels en France dont Sport Protect, qui est tiers et indépendant. Chaque complément alimentaire peut être soumis à un audit et par la suite être certifiés ou non en fonction des normes antidopage actuelles. Ensuite il y a la norme AFNOR, une norme créée par le ministère des Sports qui permet de protéger le sportif, de façon beaucoup moins intense que le label Sport Protect. En effet, c’est une norme qui est autodéclarative, c’est donc le fabricant qui certifiera l’absence de produits dopants dans le produit en respectant le cahier des charges.

Le mieux est de se rendre soit sur le site de l’AFLD (Agence Française de Lutte contre le Dopage) soit de télécharger l’application ScanProtect de SportProtect et de scanner les médicaments ou les compléments alimentaires.

Le sportif avec ces outils, aura directement accès aux informations de manière fiable et sécurisée pour pratiquer son sport beaucoup plus sereinement.

Ce sont les principaux conseils à retenir. Le professionnel de santé qui recommande des compléments alimentaires aux sportifs assujettis aux contrôles antidopages, doit s’assurer que le produit est conforme aux normes.

Pour terminer, je pense qu’aujourd’hui, lorsque l’on prend en charge un sportif de haut niveau, il est important que chaque professionnel de santé soit acteur dans la prévention du dopage. Dès le plus jeune âge il faut faire de la prévention. Dans ma pratique par exemple, dès que j’ai un jeune, j’ai le réflexe de faire une petite présentation des normes et des labels mais également des risques pour sa santé et des conséquences pour sa pratique.

Merci Mme Bastide pour toutes ses informations autour de la consommation des compléments alimentaires.

pauline bastide.jpg

PAULINE BASTIDE Diététicienne-Nutritionniste Lien vers le profil Mon Staff Médical