L’importance du périnée dans la pratique sportive - Nicolas Robert

Kinésithérapeute du Sport et Ostéopathe, Nicolas Robert travaille avec des sportifs de tous niveaux. Il a encadré des professionnels de judo, des athlètes, des footballeurs ainsi que des danseurs.

ligne rouge.png

Bonjour M. Robert,

QUEL EST LE RÔLE DU PÉRINÉE ?

Pour bien comprendre le rôle du périnée, il faut déjà comprendre ce qu’est le périnée. Il s'agit d' un ensemble de muscles qui s’étend du pubis au coccyx qui est composé de 60% de tissu conjonctif et de 40% de fibres musculaires.

Ces muscles vont avoir un rôle de soutènement car il soutient les organes et les viscères ( on l'appelle d’ailleurs le plancher pelvien).

ligne rouge.png

QUELS SPORTS PEUVENT METTRE À L'ÉPREUVE LE PÉRINÉE ? POURQUOI ?

Les 2 types de sports où le travail du périnée va être important :

1/ Les sports dynamiques, à impact sur le sol : la course à pied, les sports de balles : le handball, le basket, le volley, la corde à sauter, le trampoline, le fitness, la zumba…

Tous ces sports comportent des impacts au sol (des sauts, des changements de rythmes, des accélérations, des arrêts, des changements de postures). Il y a une composante dynamique forte qui engendre une hyperpression abdominale, un étirement passif des tissus conjonctifs et des fibres musculaires du plancher pelvien, surtout lorsque l’on pratique les sports de balles et quand il y a une pratique importante de ces sports à impact.

2/ Les sports de stabilisation, beaucoup de gens ne pensent qu’aux sports dynamiques et très peu aux sports de stabilisation dans lesquels on retrouve : l’aviron, l'haltérophilie, les sports de contact, les sports de glisse et l’équitation.

Tous ces sports ont un point commun : le travail de la stabilisation dans la posture et dans le geste sportif. Le risque lors d’une pratique trop intensive est “l’hypertonie” car les tissus sont trop sollicités dans la stabilisation et donc deviennent moins mobiles. Par conséquent, le périnée va se fatiguer et sa capacité à se contracter lors de l’anticipation à l’effort va diminuer.

Pour ces deux types de sport il va falloir penser à exercer son périnée pour éviter une incontinence urinaire ou un prolapsus.

ligne rouge.png

QUELS SONT LES SYMPTÔMES D'UN PÉRINÉE AFFAIBLI PAR LA PRATIQUE SPORTIVE ? QUAND CONSULTER ?

Lorsqu’il est défaillant, il y a 4 risques principaux : l’incontinence urinaire, c’est à dire que la personne au moindre effort va perdre ses urines ; le prolapsus, c’est à dire une descente d’organe; les problèmes génitaux et les problèmes urinaires.

Chez l’homme, il existe aussi des zones de faiblesses, au niveau des triangles inguinaux. Chez eux, il va y avoir des risques d’hernies inguinales dues à une hyperpression intra-abdominale régulière.

Il est nécessaire de consulter un professionnel dès que la personne ressent une sensation de trouble. Pour le sportif de haut niveau, le coach doit prendre en compte le plancher pelvien. Un bon plancher pelvien est obligatoire pour une bonne pratique sportive ; puisque les problèmes tant physiologiques que sexuels entraînés par un périnée affaibli vont porter atteinte à la psychologie de l’individu, donc à l’exercice de son sport.

ligne rouge.png

COMMENT MUSCLER RAPIDEMENT SON PÉRINÉE ? QUELS SONT LES SPORTS À FAVORISER LORSQUE LE PÉRINÉE EST AFFAIBLI ?

Les exercices à privilégier :

Il y a plusieurs types d’exercices : il faut faire ressentir le périnée à la femme. Il s’agit d’un exercice dit de sensibilité. Pour cela, il faut mettre ses mains en sus pubien (au dessus de pubis). Lorsque le périnée se contracte, la femme va sentir le transverse de l’abdomen (le muscle le plus profond des abdominaux), se contracter. Cela va engendrer un soutien des viscères et du petit bassin. Elle va sentir que tout s’élève à ce moment-là.

Au niveau du fonctionnement, le périnée va travailler au moment de l’étirement de la colonne vertébrale, il travaille en synergie avec tout le corps. Ce qu’il faut comprendre c’est qu’il existe plusieurs dangers lors du travail du périnée, car les organes féminin sont des organes dits en suspension, retenus par tout un système ligamentaire (comme des ficelles). Ils se précipitent dans le vide constitué par le vagin lors des prolapsus. C’est comme un appel.

La grosse erreur que font beaucoup de personnes, ce sont les exercices de crunch, c'est-à-dire le travail du rapprochement entre le sternum et le bassin. Ils vont effectuer des efforts en apnée (poumon plein) qui va être générateur d’hyperpression intra-abdominale. Il va donc y avoir une poussée sur le périnée et les muscles transverses alors que le périnée doit normalement être un starter des abdominaux.

Les conseils sont de toujours travailler en auto grandissement et en contraction du périnée lors d’une expiration forcée. Dès lors, il va y avoir une sollicitation optimale du muscle transverse qui est le plus profond des abdominaux et a un rôle de ceinture, de protection. De cette façon, il n’y aura aucune pression sur l’abdomen, ni sur le périnée.

Nous possédons 2 diaphragmes (pelvien et costal). Lors des exercices, pour que le muscle du périnée ne souffre pas, il faut que ces 2 diaphragmes travaillent ensemble, dans le même sens. Quand le périnée va travailler le bassin va se fermer et le périnée va remonter ce qui explique qu’il faut toujours travailler en soufflant afin d’éviter l’hyperpression.

Le yoga est idéal d’une part pour la prise de conscience de la zone. Il faut savoir que très peu de femmes ont conscience de cette zone. D’autres sports à envisager pour un périnée affaibli sont : la natation ( ce sport ne provoque pas d’à-coups, le golf et l’aquabike. Il y a également la marche classique, nordique ainsi que le roller.

Merci Mr Robert pour toutes ces informations sur l'importance du périnée dans la pratique sportive.

nicolas robert.jpeg NICOLAS ROBERT Kinésithérapeute Lien vers le profil Mon Staff Médical